Le blog
Transformation digitale
B.A.-BA : comment bien manager votre team tech ?
09 août 2017 par L'équipe Soluti

Depuis quelques années, la tendance geek a gagné en popularité... Il n’empêche, les membres d’une team tech ont des besoins propres à leur métier et une fois recrutés, il faut leur donner envie de continuer dans l’aventure. D’autant plus crucial que tout le monde s’arrache ce genre de profil ultra-qualifié. Besoin d’aide pour conserver votre force informatique ? Soluti vous donne quelques conseils sur le sujet !

Un développeur heureux est un développeur efficace

Commençons par la base : l’entreprise qui accueille un développeur doit, comme pour tout salarié, lui donner de quoi le motiver. Pour aider à rendre le sujet plus concret, on a décidé de reprendre la pyramide de Maslow et de la réinventer pour les développeurs.

besoins ressources tech

Besoins “physiologiques”

Un environnement de travail agréable, du mobilier moderne et une fenêtre sont un très bon début (comme pour tous les profils de salariés ;) ). C’est encore mieux si le poste de travail est situé de manière à permettre au développeur de rester concentré, sans être perturbé par des informations annexes. À fournir aussi : un bon laptop, au moins deux écrans et la possibilité de travailler avec des langages récents et intéressants (React Native ou Angular JS par exemple).

Évolution

Côté contrat, préférez les CDI aux missions ponctuelles, qui auront un arrière-goût de SSII (société de services et d’ingénierie en informatique), pas forcément bien perçu par les profils techniques. La rémunération proposée doit, quant à elle, être valorisante et graduelle. Votre développeur doit avoir des perspectives d’évolution au sein de votre entreprise. Il doit pouvoir se dire “Il y a un avenir pour moi ici”… ou il ira probablement voir si l’herbe est plus verte ailleurs ! Un vrai enjeu pour votre entreprise, d’autant que vos développeurs seront (très probablement) chassés par la concurrence : dans ce secteur, près d’un candidat recruté sur trois est un candidat passif.

Sentiment d’appartenance

Les membres de votre team tech doivent participer, bien sûr, à vos événements de team building. En matière d’événements fédérateurs, les possibilités sont infinies : séminaires, restaurants, activités, apéritifs… Pensez aussi aux learning lunches et aux hack days ! Quand les derniers sont des déjeuners dédiés au partage de connaissance tech, les seconds consistent à laisser quelques jours à la team pour que chaque membre travaille sur une idée personnelle liée à la société. Un seul impératif : fournir un livrable présentable au bout de 2 jours.

Estime et reconnaissance du travail

Un feedback complet, positif comme négatif, montrera à votre développeur que vous faites attention à ce qu’il propose et que vous êtes reconnaissant pour son implication. N’hésitez pas à lui donner des responsabilités (une pression supplémentaire, certes, mais aussi un sésame pour l’autonomie) et à mettre en avant le travail fourni auprès des autres. Chez SOLUTI, par exemple, nous donnons la possibilité à chacun d’être Scrum Master sur un projet. Et le code créé par notre équipe de développeurs est parfois mis à disposition en open source !

Épanouissement

Travaux internes de R&D pour faire progresser l’entreprise, événements extérieurs pour la faire rayonner… les développeurs aussi ont besoin d’être mis en lumière ! Donnez-leur également la possibilité de former leurs pairs — et de se former eux-mêmes. Pour un développeur, il est crucial de mettre ses connaissances à jour, sous peine d’avoir des connaissances (très) rapidement obsolètes !

desktop manager

Quelles qualités pour manager une team tech ?

On se rassure : il n’est pas nécessaire d’avoir été développeur pendant des années pour manager une team tech. Néanmoins, quelques connaissances de base sont nécessaires pour comprendre et anticiper les besoins des développeurs.

Ensuite, il est important d’avoir une vision à moyen et à long terme, afin de poser les jalons nécessaires au développeur qui souhaite atteindre son objectif. Tout se passe mieux quand on sait où l’on va ! Ce qui passe donc par l’organisation de moments d’échange, et ça tombe bien car les développeurs veulent avoir la possibilité de travailler en équipe.

Dernier mot d’ordre, valable pour toute votre équipe d’ailleurs : le lâcher-prise. Acceptez les comportements et les personnalités de chacun(e) ! Tout le monde n’est pas façonné dans le même moule, et cela peut se vérifier dans l’attitude, le mode de réflexion… ou la tenue vestimentaire !

4 conseils pour un management efficace

  • Encouragez la veille, pour rester dans une optique de formation continue et de partage des connaissances renouvelé.
  • Dédiez un créneau informel fixe et régulier à l’équipe, pour vérifier que tout le monde reste motivé. Chez SOLUTI par exemple, c’est 1 heure tous les 15 jours !
  • Faites le nécessaire pour que les revues traditionnelles (trimestrielles et annuelles) soient des moments forts d’analyse, afin d’identifier des axes d’amélioration sur l’année à venir.
  • Vélocité en baisse, qualité des livrables qui laisse à désirer (nombre de bugs et récurrence de ceux-ci…) : restez à l’affût du moindre signe qui pourrait montrer que votre team sature !

Votre team tech doit se sentir estimée, valorisée et concernée par l’avenir de votre entreprise. Ainsi, ses membres resteront motivés !

Source chiffrée : http://www.italent.fr/recrutem... photos : Unsplash.com (rawpixel.com / Courtney Recker)


On en parle

Articles similaires

La roadmap produit, l’outil de planification de projet idéal
Comment devenir un champion de la planification de projet ?
Les 6 erreurs à commettre pour échouer la gestion d’un projet digital