Le blog
Transformation digitale
Le blockchain, comment ça fonctionne ?
07 mars 2017 par L'équipe Soluti

Votre entreprise grossit, génère du chiffre d’affaires, se développe ? Bravo, c’est top ! Du coup, la question de la sécurité des données, en particulier financières, va devenir capitale pour l’avenir de votre boîte. Or, selon une étude réalisée par Gemalto, plus du quart des entreprises ont déclaré avoir connu une faille de sécurité au cours des 12 derniers mois ! C'est là que le blockchain intervient. Sa vocation ? Démultiplier les validations lors d'une transaction, histoire de vous assurer un peu de tranquillité. Explications.

Vous avez dit blockchain ?

Vous n’en avez jamais entendu parler ? Pourtant, le blockchain n’est pas vraiment né de la dernière pluie ! Ce concept date de 2008 et servait, à la base, à gérer les transactions en bitcoins, une monnaie virtuelle — si vous en avez acheté à l’époque pour une poignée de dollars, vous êtes aujourd’hui riche ; sinon, comme nous tous, vous repensez avec regret au moment où vous avez dit “Tiens, et si j’achetais quelques bitcoins”, avant de repartir dans votre partie de Sims sans le faire.

Il s'est ensuite répandu aux transactions plus classiques, types euros, dollars ou encore yens. L'idée est (vous allez le voir) très simple : au lieu de recourir à un seul tiers de confiance pour valider une transaction - en l'occurrence la banque - on fait appel à une multitude de tiers de confiance. Résultat ? Une meilleure sécurité des transactions... le rêve de toutes les boîtes consciencieuses !

blockchain

Comment marche le blockchain ?

C'est limpide de chez limpide ! Le blockchain repose sur la mise en place d'un réseau de noeuds (c'est-à-dire de machines) géré par une team technique. En résumé, les étapes qui vont rythmer chaque échange financier :

  • X donne l’ordre de payer Y ;
  • la transaction est enregistrée dans un bloc ;
  • la transaction est envoyée sur le réseau (aka la communauté) ;
  • le réseau valide la transaction (via des opérations arithmétiques que l’on ne détaillera pas ici, à moins d’avoir l’assurance que tous nos lecteurs disposent d’un stock d’aspirine) ;
  • le bloc qui contient la transaction est ajouté en bout de chaîne (en dernière position), avec la date et l’heure ;
  • Y est payé !

Au final, toutes les informations sur la transaction sont cryptées au sein d'un même bloc. Bloc qui se retrouve dupliqué et accessible depuis n'importe quel nœud du réseau.

La sécurité des données, le seul intérêt ?

Malin comme vous êtes, vous aurez donc compris que la transaction est sauvegardée à des centaines (voire à des milliers) d’endroits différents. Le principal intérêt du blockchain… c’est donc la sécurisation des données, puisqu’il est ainsi possible de garantir l’intégrité de la transaction, tout comme sa véracité. De plus, bon courage aux hackers pour venir à bout d'informations stockées sur tant de postes (en vrai, on ne leur souhaite pas “bon courage”, d’autant que le risque zéro n’existe pas, mais plutôt de se trouver une autre passion que le vol de données) !

En plus de la sécurité, le blockchain nous plaît pour d’autres raisons. Citons, par exemple :

  • l'impossibilité d'annuler ou de modifier une transaction existante. Une fois enregistrée, elle est validée !
  • il est donc possible d'établir une chronologie des transactions : on parle de transaction horodatée lors de son ajout au blockchain. Un peu comme un train, auquel on ajoute au fur et à mesure des wagons, liés entre eux et cryptés, chacun contenant les informations du wagon précédent pour garantir son intégrité. Ce n'est pas pour rien que l'on appelle cette technique "blockchain" !
  • la transparence des échanges est bien entendu renforcée, puisqu'il est possible de conserver des traces de toutes les transactions.
transactions blockchain

Le blockchain, c'est pour qui ?

Pour toi, pour moi, pour nous, pour tous ceux qui le veulent… Plus sérieusement, le blockchain a de multiples domaines d'application. On n’a parlé ici que des transactions monétaires dématérialisées - car il s’agit du cas le plus répandu.

Mais le blockchain peut aussi être utilisé pour tous les échanges de données, dans lesquelles des transactions peuvent être transcrites de manière digitale :

  • le blockchain sert pour les historiques de réservation (Blablacar, Airbnb…) ou de partage sur les réseaux sociaux ;
  • le blockchain peut remplacer les coffres-forts numériques, pour tous les documents avec signature électronique ;
  • il peut servir pour compter les votes lors de scrutins ;
  • il peut aussi permettre de tenir des actes notariés, des registres cadastraux notamment, comme au Gabon ou en Honduras !

Définitif, insuppressible, infalsifiable : le blockchain compte de nombreux avantages ! Le plus gros challenge de cette techno' ? Générer plus de confiance de la part des utilisateurs, encore habitué aux solutions "classiques" type banques qui, elles, sont plus vulnérables parce que faisant intervenir un seul tiers de confiance !


Étude source : http://www2.gemalto.com/data-security-confidence-index/

Crédits photos : Wikimedia.org / Unsplash.com (Corinne Kutz) / Stocksnap.io (Ariana Escobar)


On en parle

Articles similaires

La roadmap produit, l’outil de planification de projet idéal
Comment devenir un champion de la planification de projet ?
Les 6 erreurs à commettre pour échouer la gestion d’un projet digital